Airbnb : de la start-up collaborative à la multinationale

Airbnb : De l’esprit collaboratif au business locatif

Airbnb, la fameuse plateforme de locations entre particuliers, est passée de la start-up collaborative et communautaire à une multinationale tentaculaire.

C’est un ras-le-bol général. Airbnb est en pleine ligne de mire. Pour cause, son esprit « collaboratif », ce sur quoi elle a bâti son image, bât de l’aile. Pour remuer davantage le couteau dans la plaie, la plateforme s’en est plutôt bien sortie concernant le paiement de ses impôts en France en 2016. Seulement 92 944 euros, une somme dérisoire pour le géant de la location entre particuliers. Du côté de Barcelone, cela gronde également. En pleine période touristique estivale, la municipalité fait la chasse aux locations illégales sur la plateforme, soit celles ne disposant pas d’une licence spéciale logement touristique comme l’exige la ville. Cette dernière a mis en garde le géant américain et des amendes sont tombées.

Le temps où les créateurs d’Airbnb, trois jeunes de San Francisco, hébergeaient dans leur propre appartement des voyageurs avec petit-déjeuner offert, semble bien loin. Depuis 2007, date de sa création, la plateforme communautaire a bien grandi. Elle est désormais présente dans plus de 190 pays dans le monde, une belle victoire pour la start-up ! Airbnb recense plus de 3 millions de logements dans 65 000 villes, d’après les chiffres du Nouvel Obs.

Cette croissance fulgurante est à saluer. Cependant, Airbnb n’a pas seulement évoluée au niveau de sa présence géographique, mais aussi dans son esprit même. Les témoignages sont nombreux, l’esprit collaboratif qu’a voulu développer la plateforme, s’identifiant ainsi comme une plateforme communautaire, est en train de s’essouffler. Des personnes témoignent de leurs expériences Airbnb décevantes. Les raisons ? Moins d’accueils réalisés par les propriétaires eux-même, une espèce de standardisation des logements Airbnb donnant l’impression de dormir dans un hôtel plutôt que chez un local, de moins en moins de propriétaires qui louent leur appartement tel quel, avec des conseils et bonnes adresses écrits sur une feuille de papier laissée sur le frigo. Le Airbnb actuel c’est plutôt : un copié-collé du pavé d’un site internet en guise de conseils touristiques et le service nettoyage qui passe à la fin.

Le constat est là, Airbnb est progressivement en train de laisser s’envoler cet esprit de partage et de rapports humains, qui a fait sa réussite dans le monde de l’économie collaborative. La relation de confiance entre loueurs et locataires s’essouffle également. Airbnb s’est transformée en une multinationale, avec pour objectif d’augmenter toujours son nombre de logements, en bref : toujours plus de business.

Heureusement, le géant américain semble avoir pris conscience de cette sortie de parcours, et tente de rattraper le coup. Avec la nouvelle offre de services qu’Airbnb a récemment lancé, baptisée « Expériences », la plateforme espère recouvrer cette dimension humaine.

Mais avec les tarifs de ses logements qui flambent, voyager via Airbnb n’apparaît plus comme un réel avantage financier. Une autre épine dans le pied ! Un fait réjouissant pour les hôteliers, qui avec leurs nouveaux concepts d’hébergements sont de taille à affronter le géant. Un véritable paradoxe quand on sait que de plus en plus d’hôteliers se font référencer sur Airbnb.

Airbnb : Buzz coup de blues ou coup de bluff ?